Lundi 16 Aout 2012

Ce matin, après une nuit bien au chaud dans un vrai lit, nous avons un super petit dej préparé par la femme d’Enrique : des œufs sur le plat dans du pain. Il y a aussi la même pomme de terre que la veille et de l’avocat, qui est 2 fois plus gros que ceux que l’on voit en France.

Nous profitons de la matinée pour aller ramasser du café et le préparons pour le mettre à sécher comme hier.

16072012-DSC_7553

16072012-DSC_7557

16072012-DSC_7565

16072012-DSC_7566

16072012-DSC_7567

16072012-DSC_7571

16072012-DSC_7572

16072012-DSC_7577

16072012-DSC_7581

16072012-DSC_7584

16072012-DSC_7588

16072012-DSC_7593

16072012-DSC_7596

Nous aidons la femme d’Enrique à moudre du café, et c’est déjà la fin de notre court séjour chez cette famille de producteurs de café !

16072012-DSC_7600

16072012-DSC_7603

Un chauffeur nous attend en fin de matinée au croisement de la route et de l’entrée du village. Il nous emmène à Hydroelectrica, où nous sommes sensés retrouver notre groupe de trekking. C’est à ce moment-là que commence un peu l’aventure, car nous ne savons pas quand la voiture passe nous chercher, quand nous allons retrouver le groupe, si nous allons faire le chemin depuis Hydroelectrica pour rejoindre Aguas Calientes en train ou à pied, sachant que le trajet en train coute $18 pour seulement 40min et 10km !

Nous attendons 20 minutes la voiture, mais elle finit bien par arriver. Pas de ceinture de sécurité à l’arrière, pas de compteur de vitesse… De toute façon, nous n’allons pas très vite, la piste en terre et pleine de cailloux ne permet pas de prendre de la vitesse. La route est bordée de bananiers, et d’arbres de jungle. Nous arrivons à Hydroelectrica, où nous devons rejoindre notre groupe, mais personne à l’horizon. Notre guide nous avait dit de lui téléphoner avec un téléphone public, or il n’y en a pas… Nous croisons alors 2 touristes avec un guide, qui ont l’air de partir en marchant vers Aguas Calientes. Comme nous ne connaissons pas le chemin pour y aller, et comme nous ne voulons pas payer le train, nous leur demandons si nous pouvons les accompagner. Le guide, très sympa, accepte d’appeler notre guide pour le tenir au courant. Nous partons avec eux, et suivons la ligne de chemin de fer.

16072012-DSC_7606

16072012-DSC_7612

16072012-DSC_7616

16072012-DSC_7617

16072012-DSC_7622

Les 2 touristes sont américains, un père et son fils, qui reviennent d’une semaine dans un orphelinat Bolivien. Ils sont très sympas, et la randonnée passe bien vite. Une drôle de coïncidence, le père travaille pour le concurrent de SAP, Salesforce. Nous discutons avec eux de voyage au Pérou, de politique, de cuisine péruvienne, des aprioris que les français ont des américains. Le père nous dit : « Je sais que vous les français, vous ne nous aimez pas, nous les américains… Mais vous savez, nous sommes très gentils… ! ». Les paysages le long de la ligne de chemin de fer sont agréables, rivière en contrebas, jungle et montagne. Sur le haut de la montagne, nous commençons à apercevoir des ruines appartenant au Machu Picchu !

16072012-DSC_7625

16072012-DSC_7629

16072012-DSC_7631

16072012-DSC_7633

16072012-DSC_7636

3h de marche tranquille et nous arrivons à Aguas Calientes, où nous retrouvons enfin notre guide et le reste du groupe. Le soir, difficile de s’endormir, car il y a les fêtes de la vierge, et on entend beaucoup la musique de fanfare dehors. Avec la mauvaise isolation des murs, on a l’impression que les musiciens jouent à notre porte !

16072012-DSC_7638